Celebration 1: J'ai des droits et des devoirs

SEPTEMBRE

Les grands moments de la célébration :

Le conte

L’activité

La prière


Première temps : le conte :

 

Chant : Faudra-t-il crier encore longtemps

Conte sur j’ai le droit, tu as le droit et le devoir ?

 

« Il y a bien longtemps, chaque animal vivait dans son terrier, dans son taillis. Le plus fort avait toujours raison et le plus faible, victime de cette injustice, en subissait les conséquences. C’était la loi de la jungle. Au fil des années, l’idée de se mettre ensemble et de bâtir une cité leur était venue. Ils s’étaient élus un roi et, depuis, la confiance avait gagné les cœurs et chacun se sentait libre et protégé par une charte.

 

Un jour, l’hyène organisa les funérailles de sa mère décédée quelques mois auparavant. Beaucoup d’amis avaient répondu présents à son invitation. Il y avait à cette fête le singe, le loup, l’hippopotame, le tigre, la cigale, la panthère, la mouche et d’autres animaux de la contrée. Des tentes avaient été dressées le long de la voie principale qui traversait le village. L’hyène avait à cette occasion offert beaucoup de plats variés. Des boissons coulaient à flots. Des chansons et des rythmes de tam-tams  fusaient de tous côtés. C’était un véritable brouhaha. La fête était animée et bruyante.

 

Pour limiter la vitesse et attirer l’attention des passants, un barrage avait été érigé par les fourmis.

 

Le lièvre qui était le maire de la commune, faisait sa tournée. Il se heurta à la barrière installée par les fêtards. Surpris, il demanda à connaître l’organisateur de la réjouissance et à vérifier son autorisation.

 

Je n’ai aucune autorisation, répliqua l’hyène. D’ailleurs, depuis quand, sur la terre de nos aïeux, une telle procédure est-elle demandée aux citoyens, s’interrogea l’hyène.

Attention, dit le renard, notre loi fondamentale nous confère des droits mais aussi des devoirs. Je pensais que tu avais obtenu ce papier avant de nous inviter ici.

 

L’hyène resta confuse. Le lièvre fit arrêter tout ce tintamarre et exigea la levée du barrage. La désolation et la déception s’emparèrent des convives de l’hyène. Une délégation se constitua aussitôt avec à sa tête le renard pour présenter les excuses du groupe au maire. La taxe de la municipalité fut payée et l’autorisation obtenue. La fête reprit de plus belle et la joie régna de nouveau.

 

L’hyène et ses invités se souvinrent longtemps de ces moments. Mais il est un point qu’ils n’oublièrent jamais : la vie en société est un mélange de droits et de devoirs. Ainsi, l’occupation des lieux publics est réglementée, non par esprit tatillon, mais pour le bien-être de tous et de chacun. »

 

Questions sur le texte

→ Comment vivaient les animaux il y a très longtemps ?

→ Qu’est-ce qu’ils ont décidé ?

→ Qu’est-ce que cela a apporté → qui est moins ?’

→ Qu’est-ce qui se passe avec l’hyène ?

→ Qu’est-ce que le lièvre rappelle devant tout le désordre ?

→ Toi connais-tu la règle ?

→ Pourquoi il faut une règle ?

Il  faut pouvoir noter ce que les enfants disent 

 

Chant : "La terre est à tous"


Nous venons de chanter que la terre est à tous, mais aussi nous avons compris qu’à travers le conte, nous devons apprendre à respecter les règles, les lois de là où nous sommes car sinon c’est le désastre.

Pour signifier que chacun de nous est d’accord de vivre la loi, nous allons construire ensemble une grande maison, qui sera la maison du bonheur.

 

Deuxième temps : activité

Chacun des enfants reçoit une brique qui sera faite avec du carton ou simplement sur du papier (un rectangle)

Les enfants le décorent en notant leur prénom et pour les plus grands on peut proposer d’écrire ce qu’ils ont envie qu’on respecte au foyer.


Troisième temps : prière


Chant
 : La terre est à tous pendant que tout le monde se met ensemble

 

Animatrice N° 1

« Je veux croire à la vie à son jaillissement premier

Je veux croire à l’enfant à sa joie de vivre

Je veux croire à son chant, au milieu de nous

Je veux croire à l’enfant qui sourit quant on l’appelle par son nom, à l’enfant bien de chez lui, d’un pays, d’une famille et d’un  peuple

 

Animatrice 2

Il est vrai que chacun a des droits mais aussi chacun de nous a des devoirs envers soi-même, les parents, les amis, la société

  

Animatrice 1

Article 1 : « le droit à la vie : les enfants doivent profiter des meilleures conditions pour leur développement, manger à leur faim, avoir un toit qui les protège »

 

(Apporter un dessin  qui symbolise la vie)

 

Animatrice 2

Mais chacune de nous, nous devons apprendre à respecter la vie.

Comment je peux respecter la vie ?

 

Vous répétez après moi :

Tu connais tes droits                               

Tu connais tes obligations

Envers soi-même

Envers les parents

Envers tes amis

Envers la société 

 

Refrain : "La terre est à tous"

 

Animatrice N° 2

 
- Le droit à la protrection : on apporte un dessin ou une image

 

Article 7 : le droit à la protection contre l’exploitation dans le travail. L’enfant ne doit pas faire un travail qui mette en danger sa santé, son développement, sa scolarité en dessous d’un certain âge, il ne doit pas travailler ».

 

Animatrice N° 2 

Chacune de nous n’a pas le droit de travailler toute la journée c’est pour cela que beaucoup sont là. Mais est-ce que cela veut dire que vous ne devez plus faire le ménage le matin ? La cuisine ? Aller acheter la nourriture ?

 

Petite discussion ensemble


Vous répétez après moi :

 

Tu connais tes droits                                

Tu connais tes obligations

Envers toi-même

Envers les parents (ou tatas)

Envers tes amis

Envers la société.

 

Refrain : "La terre est à tous"

 

 

Animatrice N° 1

 

- Le droit à l’éducation : on apporte 1 dessin

 

Article 3 : « le droit à l’éducation : les enfants doivent tous pouvoir apprendre à lire et à écrire. Ils ont aussi droit aux loisirs et aux activités culturelles et artistiques. »

 

Animatrice N° 2

Nous avons de la chance maintenant de pouvoir aller à l’école ou d’apprendre un métier. Nous savons très bien que beaucoup d’enfants n’ont pas cette chance.

Pour cela, nous devons toujours faire de notre mieux. Tout le monde ne peut pas être 1er de classe. Mais tout le monde peut faire le mieux possible à l’école, dans les études.

On va se demander est-ce que je donne le meilleur de moi en classe ?
Est-ce que j’étudie vite pendant l’étude ?


Temps de silence

 

Vous répétez après moi :

Tu connais tes droits                               

Tu connais tes obligations

Envers toi-même

Envers les parents (ou tatas)

Envers tes amis

Envers la société.

 

Animatrice N° 1

Je rêve d’une maison plus  fraternelle (on allume une bougie)


On lit le règlement par rapport à la vie fraternelle et on colle sur la maison un mot qui résume cela.

Je rêve d’une maison où chacun se respecte  (on allume une bougie)
 

On lit le règlement où l’on respecte les locaux, le matériel etc. et on colle sur la maison un mot qui résume le tout

D’une maison  qui vit en paix (on allume une bougie)


On lit le règlement où l’on se pardonne, on s’exprime correctement entre soi et on colle sur la maison un mot qui résume le tout

D’une maison  où chacun prie Dieu  (on allume une bougie)
 

On lit le règlement où l’on prie, les temps commun et on colle sur la maison un mot qui résume le tout


L’animatrice n° 1 :
Chacun de nous  a envie de vivre dans cette maison, alors comme engagement nous allons venir coller ou mettre notre brique pour construire ensemble la maison.


Les enfants apportent la brique (peuvent être des boites qui representent les briques)  avec un fond musical.

 

Alléluia !

 

Proclamation des Paroles de Vie

           

Mathieu 5 versets 1 à 12

 

Reprise de l’alléluia

 

Prière : 

 

« Tu nous conduits de surprise en surprise, Seigneur,

Ainsi le bonheur n’est pas dans la richesse mais dans le détachement,

Pas dans la force violente, mais dans la force douce,

Pas dans la vengeance mais dans le pardon miséricordieux,

Même pas dans la paix mais dans le fait de la rechercher

Tu ne te contentes pas de dire tout cela,

Tu le vis.

C’est toi, Jésus, le vrai pauvre, le vrai doux

C’est toi le vrai doux,

C’est toi le cœur pur sans alliage, tout orienté vers la vision de Dieu, ton Père.

Et ton bonheur se propage comme une Bonne Nouvelle dans le cœur de tous ceux qui te suivent. »

Nous voulons Seigneur te suivre, nous voulons avoir des droits mais aussi faire nos devoirs.

 

Merci Seigneur de nous aider à faire nos devoirs.

 

Chant final : "La terre est à tous"

 

  

 

Sr. Adriana Pertusi et Sr Geneviève Muller

Sœurs Salésiennes de Don Bosco