Prier avec la Parole de Dieu - 1

1.- Invitation :

ECOUTE LA PAROLE

ÿ    Ecoute et médite la parole pour rencontrer la volonté de Dieu et la comparer à ton projet de vie.

ÿ    Ecoute la parole pour saisir les signes de la présence de Dieu dans ton histoire, qui est une partie précieuse de la grande histoire du salut.

ÿ    Ecoute la parole pour développer ta foi et conquérir une connaissance toujours plus grande et plus claire du Dieu de Jésus Christ contre toute forme d’idolâtrie.

ÿ    Ecoute la parole pour éclairer ton esprit et assumer des critères d’évaluation du monde et de l’histoire pour que se développe la justice et la paix.

ÿ    Ecoute la parole pour renforcer ton caractère et affronter avec joie et courage les difficultés et les épreuves de la vie.

ÿ    Ecoute la parole pour purifier ta conscience et aimer ton prochain avec générosité et pureté de cœur, et liberté intérieure.

ÿ    Ecoute la parole pour qualifier ta formation chrétienne et nourrir chaque jour ta charité.     (Juan Vecchi)

 

 

La parole de Dieu est la nourriture de notre prière

Lire régulièrement la Parole de Dieu devrait être une règle pour tout chrétien: si l'on ne retourne pas s'abreuver à la source, on se dessèche. La Parole est vivante; c'est elle qui nous fait vivre, et je pèse mes mots.

Je suis précédé par le Seigneur dans cette rencontre ; je suis précédé par sa Parole. Dieu m’a parlé, d'une certaine manière, avant que je ne lui parle, car le Père m'a tout dit en son Fils. Parce que Dieu m'aime, Il se dit à moi avant même que je ne lui parle. De la même manière qu'une maman précède son petit bébé de sa parole, et si elle ne le fait pas, le bébé ne parlera jamais, car c’est la parole de l’adulte qui permet à l'enfant de devenir humain ; ainsi sommes-nous précédés par Dieu qui se dit à nous en Jésus-Christ.

Toute rencontre s'appuie sur un échange de paroles, même si elle ne se réduit pas à cela. Dans cette présence l'un à l'autre qu'est l'oraison, je suis précédé par Dieu qui m’a aimé avant que je ne l'aime, qui m'a parlé avant que je ne lui parle. Ainsi, la prière est réponse à Dieu qui se dit à moi en Jésus-Christ : Parole de Dieu qui me rejoint sous différentes formes, mais sous une forme privilégiée qui est l'Ecriture Sainte, la Bible.

 

 1.- Prier avec les Evangiles.

 

Je peux faire oraison en prononçant simplement le Nom de Jésus, en me laissant regarder par Lui et en le regardant, mais je peux aussi faire oraison en prenant un texte de l’Ecriture et pour en faire un lieu de rencontre avec Dieu qui se dit à moi dans ce texte écrit. Dans l’Evangile tout nous est dit de ce que Jésus porte dans son cœur, si nous savons écouter.

 

Quelle lecture ? Pour quelqu’un qui commence à prier avec la Parole et veut faire une lecture continue du NT, je lui recommande de commencer avec les évangiles, parce que c’est là où nous prenons contacte avec la vie et le message de Jésus. Un rythme pouvait être, commencer par l’évangile de Marc, qui est le plus simple et ancien, après Mathieu et après Luc. Et cela le faire plusieurs fois, avant de passer à d’autres livres, (deux trois fois, jusqu’à se familiariser avec ls évangiles synoptiques.

Après on peut faire l’évangile de l’Eglise, qui est les Actes des Apôtres, et à la fin des actes l’évangile de Jean qui est plus théologique.

Après avoir côtoyé les évangiles et les Actes, on peut passer à les Epîtres, lettres des apôtres, qui nous présentent comment les premières communautés ont reçu l’évangile, comment ils ont essayé de le vivre et les difficultés qu’elles ont trouvées. Il faut commencé par les épîtres de Pierre, Jacques et Jean, avant de passer à celles de Saint Paul, qui demandent une lecture plus exigeante. Comme chaque lettre fait référence à un contexte d’une communauté chrétienne, il est très utile de lire avant de commencer une épître de lire une bonne introduction, tel comme l’offrent certaines bibles.

Seulement à la fin on peut se lancer à la méditation de l’apocalypse

Avec une maîtrise du NT on peut se lancer à la lecture de l’AT, mais avec le regard claire que tout l’AT nous renvoi et doit nous approcher au Christ.

 Une autre façon de se nourrir se nourrir de la Parole, une méthode simple, mais qui reste limitée, est de lire les textes prévus chaque jour par la liturgie, on ne couvrira pas alors toute la Bible, mais on en aura un aperçu. Le minimum en tout cas serait de lire à l'avance les textes du dimanche, et de les méditer.

 

 

2.- Comment prier à partir de l'Ecriture?

 

Et en particulier avec les textes bibliques des messes de chaque jour?

 

Ü Un climat de foi, une attitude intérieure

Il s'agit d’abord de se remettre à l'écoute du désir profond qui est au fond de moi et qui est l'oeuvre de l'Esprit: "Parle, Seigneur, ton serviteur écoute" (1 S 3).

 

Ü A travers ce texte que je lis et médite,

Dans un premier temps, lire le texte comme une lettre que le Seigneur m'adresse. A travers le texte, le Christ se dit à moi, Il me parle de son Père ou Il me dit ce qu'il attend de moi. Nous pouvons nous poser trois questions , qui peuvent se convertir dans les trois moments de toute prière:

Ä      Ce que le texte de l’évangile dit.

Ä      Qu'est-ce qu'il me dit ? Ce que Jésus me dit à moi, maintenant, à travers son évangile. Qu'est-ce que Jésus me dit de Lui, de son Père ?. Qu'est-ce qu'il me dit de moi, des hommes ?

Ä      Ce que je réponds à Jésus

 

Ü prendre du temps,

Cela peut prendre du temps. Il s'agit de donner du temps à Dieu, et on n'aime pas cela! Il y a toujours plus urgent, et on est facilement distrait, ou dérangé.

D'ailleurs, dans le cas de la lecture de la Parole, il s'agit  de consacrer un temps qui qu’il devient obligatoire pour chacun, au moins 15 minutes, mieux encore "une demi-heure" à cette lecture, et le faire, et rester fidèle, même si on est fatigué et on a trop de choses à faire. C’est prioritaire !

 

  

3.- Comment faire la lecture ?

 

Etre attentif aux mots et aux gestes de Jésus.

Pour certains, imaginer la scène peut constituer une aide : les personnages, le paysage, l’histoire qui se passe, comme si on la regardais dans un film. Il y a certains textes de l’évangile qui es très facile le faire, dans d’autres on trouvera lus de difficulté.

Dans un deuxième temps, reprendre le texte en m'arrêtant simplement aux mots ou aux versets qui m'ont parlé, touché, ceux que je ressens comme une parole qui m’est adressée personnellement, aujourd’hui.

Je laisse tomber tout le reste car si l'oraison est une rencontre d'amitié, ce n’est pas une réflexion où on aligne des quantités de pensées sur un texte d'Evangile. Il suffit donc de reprendre simplement quelques mots ou versets et de les murmurer dans mon cœur.

Il est très important de durer dans cette l'oraison, parce que la durée nous oblige à changer de niveau, à ne pas en rester au niveau superficiel, mais à nous engager en profondeur. Il n'y a pas de descente profonde en nous sans choix, sans durée, sans patience.

 

Les trois moments :

Ä      Une lecture attentive Ce que le texte de l’évangile dit.  Lire le texte attentivement pour comprendre le sens avec le cœur. Ce n'est parfois qu'au bout de plusieurs lectures attentives que le déclic va s'opérer et le texte se manifeste à nous avec toute sa clarté.

Ä      Ce que l’évangile me dit, maintenant, dans la situation présent : Qu'est-ce qu'il me dit ? Ce que Jésus me dit à moi, maintenant, à travers son évangile. Qu'est-ce que Jésus me dit de Lui, de son Père ?. Qu'est-ce qu'il me dit de moi, des hommes ?

Ä      Répondre à celui qui m'a parlé : pour lui demander son aide pour le prier pour ceux à qui sa Parole m'a rendu attentif pour le remercier, l'adorer, pour s’engager à faveur de son Royaume et de la Bonne Nouvelle :

§         qu'est-ce que ça rejoint dans ma vie, mes interrogations?

§         pourquoi ça me met en joie ou me heurte?

§         à quoi ça m'invite?

  

4.- La post prière

 

On peut continuer la prière avec à partir d’un mot, d’une expression, que je retiens comme fruit de ma prière, et que j’essayerai de la revivre pendant la journée

Celui qui laisse pénétrer en lui une seule parole du Seigneur et qui la laisse s'accomplir dans sa vie, connaît plus l'Evangile que celui dont tout l'effort restera méditation abstraite ou considération historique. L'Evangile n'est pas fait pour des esprits en quête d'idées, il est fait pour des disciples qui veulent obéir.

La phrase du Seigneur que nous aurons arrachée à l'Evangile dans une messe du matin ou dans une course de métro, ou entre deux travaux de ménage, ou le soir dans notre lit, elle ne doit plus nous quitter, pas plus que nous quitte notre vie ou notre esprit.

Elle veut féconder, modifier, renouveler la poignée de main que nous aurons à donner, notre effort sur notre tâche, notre regard sur ceux que nous rencontrons, notre réaction sur la fatigue, notre sursaut devant la douleur, notre épanouissement dans la joie.

Elle veut être chez elle, partout où nous sommes chez nous .

Elle veut être nous-mêmes partout où nous sommes nous .

 

 

Salésiens de Don Bosco